Ray SCHERDEL ? Vous avez dit Ray SCHERDEL ?!

Je ne saurais précisément dire pourquoi mais j’ai toujours été attiré par cet artiste. Est-ce parce que je suis immédiatement tombé sous le charme de son pichet à l’antilope (référence 295-1141) dès que je l’ai vu ?! Oui, cela a très certainement joué ! Et puis, bien sûr, ma curiosité aussi quand j’ai lu la petite présentation-biographie de Ray SCHERDEL que Philippe THEALLET et Bernard-Jules VERLINGUE (deux éminents spécialistes de tout ce qui concerne la céramique quimpéroise) ont inséré dans le superbe livre « ODETTA LES GRES D’ART DE QUIMPER » (aux Editions Palantines) que tout admirateur de cette production doit avoir (et même ceux qui n’admirent pas et disent juste : « Oui, c’est pas mal… !). Il n’a pas fallu que je lise plus loin que les deux premières phrases pour que ma curiosité s’allume comme un phare breton à la tombée de la nuit ! Les voici : « Nous possédons très peu d’informations sur cet artiste. A priori natif de Paris… ». Et puis, bien sûr, la dernière, pour que l’incendie se déclare : « Nous ne trouvons plus trace de cet artiste dans les années 30 ». Et il ne semble pas non plus exister de photo de Ray SCHERDEL ! Gast, comme disait souvent mon grand-père quimpérois, comment une telle chose est-elle possible ? On peut donc, en 2023, ne quasiment rien savoir sur une personne qui nous a précédé de seulement 100 ans ? Enfin, pas une personne lambda, comme nous en sommes à 99 %, mais un véritable artiste, quelqu’un qui a créé des choses que des gens ont aimées ? Et bien, non, je ne m’y résouds pas ! L’enquête commence donc…..et, (je ne peux y résister !!), je vous dévoile immédiatement le visage et la silhouette de Ray SCHERDEL qui étaient à ce jour inconnus. Ne vous impatientez pas, il y aura d’autres photographies !

Ray SCHERDEL vers 1947. Portrait dit « au chat » ! Source familiale.

Je remercie par avance les personnes qui m’ont m’ont aidé dans mes recherches et ont ainsi permis de retrouver certains des documents inédits et photographies qui vont parsemer cette évocation de la vie de Ray SCHERDEL. En particulier Marie-Christine (que j’ai pu rencontrer) et Annick, ses nièces, qui m’ont fait découvrir et partager un peu son histoire familiale. Je remercie aussi Mr Michel COMBALIER pour sa généreuse aide du côté du cimetière de Septeuil où repose Ray SCHERDEL. Enfin, merci à mon frère Yves qui a arpenté les rues de Paris pour photographier les lieux liés à Ray SCHERDEL.

Le pichet à l’antilope 2955 – 1141. Dessin de Ray SCHERDEL.

Mais commençons par le début… Enfin malheureusement plutôt par la fin car le premier élément de la vie Ray SCHERDEL que j’ai pu facilement trouver était où se trouvait sa sépulture : au cimetière de SEPTEUIL, dans les Yvelines. Cependant, même si la mention de la plaque déposée sur sa tombe indique « PEINTRE BOHEME » et tend à faire immédiatement penser qu’il s’agit bien de lui, il en fallait bien sûr un peu plus pour que le doute ne subsiste plus. Après renseignement pris auprès de la mairie de Septeuil, sa concesssion est perpétuelle, il n’y a donc heureusement aucun risque de reprise de la tombe ! Ouf !

Sa tombe, au cimetière de Septeuil
La plaque qui se trouve dessus : Ray SCHERDEL peintre bohème 1898-1977

L’enquête a continué à la mairie de Septeuil qui m’a très gentiment (qu’elle en soit ici remerciée !) transmis l’acte de décès de Raymond SCHERDEL en date du 27 novembre 1977. Ce qui est intéressant est bien sûr que l’on y trouve aussi sa date et son lieu de naissance : le 20 janvier 1898 à Paris 1er arrondissement.

Acte de décès de Ray SCHERDEL. Source : Mairie de Septeuil.

De l’acte de décès, on trouve ensuite l’acte de naissance. Tout étant bien numérisé, il a été facile de le trouver. Ray SCHERDEL est donc bien né à Paris, au domicile de ses parents, en plein centre de Paris, 14 rue Thérèse, dans le 1er arrondissement.

Son acte de naissance. Source : Archives numérisées de la ville de Paris.
Façade du 14 Rue Thérèse 75001 PARIS
Hall d’entrée du 14 Rue Thérèse 75001 PARIS

L’enfance de Ray SCHERDEL

Autant le dire tout de suite, on ne sait rien de l’enfance de Ray SCHERDEL ! Mais sans doute a-t-il évolué dans un milieu assez favorisé pour que sa vocation d’artiste puisse s’exprimer sans entrave. En effet, son père, Philippe SCHERDEL (1866 – 1945) était un commerçant en fourrure et son activité semble avoir été relativement florissante, au point d’être fait Chevalier de la Légion d’Honneur par le ministère de l’éducation nationale en qualité d’Inspecteur départemental de l’enseignement technique. Une distinction sans doute en rapport avec son activité professionnelle. Sa mère (née Berthe LAGIER 1869 – 1939), d’après ce qui est porté sur un document concernant son décès, semble avoir été professeur(e). J’ignore quelle matière elle enseignait mais je vais fouiller dans les archives de l’enseignement parisien, peut-être y trouverai-je la réponse. Une chose amusante à remarquer sur le document ci-dessous (qui date de 1936), c’est que Philippe SCHERDEL, ou son entreprise, a reçu une médaille d’argent au Salon des Art Décoratifs de Paris de 1925. Comme on le verra plus loin, Ray était déjà actif à cette période. Peut-être le père et le fils y étaient-ils en même temps…A creuser aussi dans la documentation !

Philippe SCHERDEL
Lettre pour le dossier de Légion d’honneur

SOLDAT SCHERDEL : AU RAPPORT !!

Vous l’aurez compris : né en 1898, Ray SCHERDEL avait le profil temporel parfait pour participer à la grande boucherie de 14 – 18. Son dossier militaire va nous éclairer sur sa situation et nous donner les tout premiers renseignements précis sur lui, autant sur son aspect physique que sur son engagement non pas militaire mais artistique !

Tout d’abord, voici que nous livrés les premiers éléments de son apparence physique : 1,68 m (la taille moyenne pour un homme en 1914 est de 1,66 m), cheveux chatains, yeux gris-vert, front haut et découvert, nez fort. Pas encore de quoi faire un portrait en couleurs, mais ces premiers éléments nous permettent de l’imaginer un peu plus ! Ensuite, on voit que son adresse est désormais au 51 avenue de Suffren, dans le 7ème arrondissement de Paris. Au vu de plusieurs recensements que j’ai pu consulter, il y vit avec ses parents au moins jusqu’en 1931.

Ray SCHERDEL n’a semble-t-il pas participé au conflit. En effet, il a été classé dans la « 5ème partie » de la liste en 1917 avec la mention « faiblesse ». Je ne sais pas en quoi consiste cette 5ème partie de la liste mais cela a eu pour effet d’ajourner son enrôlement en 1917. Cet ajournement a ensuite été confirmé par le conseil de révision du 3 septembre 1918.

Mais le plus intéressant dans ce dossier militaire est ce que l’on peut y lire à la rubrique « profession ». En effet, la prime indication indique « Peintre – décorateur ». On voit ensuite que le mot décorateur à été rayé pour que que « Peintre – décorateur » devienne « Artiste – peintre » ! Notable différence car autant « Peintre – décorateur » pourrait laisser penser à un métier du bâtiment, autant « artiste – peintre » exprime clairement autre chose : la fibre artistique ! Quant à son niveau d’instruction, il est indiqué être de niveau 3, ce qui signifie en langage militaire de l’époque, qu’il sait « lire, écrire et qu’il possède une instruction primaire plus développée ». Je reste quand même un peu sceptique sur le niveau d’instruction que cela semble attribuer à Ray SCHERDEL. Dommage qu’on ne lui ait pas aussi demandé s’il savait dessiner !!!

La fibre artistique de Ray SCHERDEL

Nous voilà donc en quête de cette fibre artistique que son dossier militaire a permis de mettre en évidence (eh oui !!). Et bien, la première évidence se trouve dans ce petit écho du journal LE GAULOIS du 15 novembre 1916. Il s’agit du résultat du 26ème concours général annuel de composition décorative organisé par la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie. Sujet : une couronne commémorative. Il a donc 18 ans, presque 19 et, comme le stipule le règlement du concours, il s’adresse aux élèves des écoles de dessin, des Beaux-arts, d’art décoratif et d’art industriel de France. Il est donc certain que Ray SCHERDEL était inscrit dans une école d’art. Comme il était parisien, peut-être celle où a eu lieu, en loges, le concours : l’Ecole Nationale des Beaux-Arts 14 rue Bonaparte à Paris. Cette école existe encore, je vais envoyer un mail pour voir s’il ont des archives de cette date.

S’il ne remporte pas le 1er prix, Ray SCHERDEL obtient le 11ème prix avec une gratification de 50 frans, ce qui fait environ 130 € de 2022. Si ce n’est pas la gloire, il a certainement dû ressentir le plaisir de voir son travail récompensé.

Nous voici maintenant en 1920 et Ray SCHERDEL expose !! « Peintures et art appliqué » chez PICART, 59 Boulevard Saint Michel à Paris, jusqu’au 5 juin. D’après mes recherches, il s’agit d’une librairie qui a existé au moins de 1918 à 1948. Cela a pu lui permettre de faire découvrir quelques oeuvres aux gens qui arpentaient les travées des rayons. Débuts simples mais il faut bien mettre le pied à l’étrier quand on est inconnu.

Toujours en 1920, Ray SCHERDEL expose au Salon D’Automne de Paris, au Grand Palais des Champs-Elysées, du 15 octobre au 12 décembre. L’article du PETIT PARISIEN du 22 octobre 1920 indique que l’on rencontre « cachés dans un coin, quelques spécimens d’étoffes imprimées » de SCHERDEL !! On verra plus loin que l’on parle à nouveau de ces étoffes imprimées. Le Salon d’Automne, c’est quand même quelque chose, même si l’on est…caché dans un coin…

1921 arrive et l’année semble bien commencer pour Ray SCHERDEL ! En effet, un entrefilet du journal LE TEMPS du 16 mars mentionne, dans la rubrique « LA CITE RENAISSANTE », que la décoration du cinéma LE MAJESTIC que l’on construit à Lens (62) a été confiée à un « jeune artiste de talent », Ray SCHERDEL. Belle commande certainement pour un jeune homme de 23 ans ! Malheureusement, le MAJESTIC sera détruit par un bombardement en 1944 et jamais reconstruit. Je n’ai pu retrouver aucun document pouvant renseigner sur les travaux de décoration de Ray SCHERDEL. La façade est-elle aussi de lui ou a-t-il seulement décoré l’intérieur ? Nul ne le sait….

Les trois photographies ci-dessus, et les textes qui les accompagnent, sont tirés du site « http://lelensoisnormandtome4.unblog.fr/2016/03/16/le-cinema-majestic-de-lens » de Mr Claude DUHOUX qui m’a aimablement autorisé à les reproduire.

Autant à lire ces divers renseignements qu’à voir ces photographies, on comprendra que cette commande aura sûrement été d’importance pour le jeune SCHERDEL ! J’aime penser qu’il était dans la salle le jour de l’inauguration….et qu’il y a pris un grand plaisir.

Recensement de Ray SCHERDEL comme électeur en 1921. On peut voir son domicile : 51 avenue de Suffren où il vivait avec ses parents.
Vue du 51 Avenue de Suffren à Paris, où Ray SCHERDEL a longtemps vécu avec ses parents.
Le hall d’entrée du 51 Avenue de Suffren
La porte extérieure

Assiette avec dessin de Ray SCHERDEL représentant un marin de la Marine Nationale attablé. Adjugée 320 € (hors frais) en vente aux enchères à Quimper le 9 juillet 2023. Cette assiette passe très rarement en vente; c’est seulement la deuxième fois que je la vois. A noter, l’évidente similitude des deux fleurs aux pieds de la table avec celles se trouvant sous les pieds de l’antilope sur le vase présenté juste après.

Assiette. Dessin de Ray SCHERDEL.
Même décor mais avec une forme d’assiette différente. Enfin, quand je dis même décor, il y a quelques petites différences ! Si vous aimez jouer au Jeu des 7 différences… Je remercie BRETAGNE ANCIENNE à Guérande (où cette belle assiette est en vente) pour m’avoir permis de la présenter ici.
Vase 340 de 36 cm. Décor de Ray SCHERDEL.

Je vais maintenant aborder un aspect de Ray SCHERDEL qui touche plus à sa vie personnelle qu’à sa fibre artistique. Qui n’a pas un jour joué à un jeu proposé par un journal ? Un bon nombre d’entre nous l’a fait. Eh bien, il en a été de même pour Ray SCHERDEL ! A partir de 1922, on trouve en effet plusieurs fois son nom dans les résultats de petits jeux qui consistaient, dans plusieurs journaux, à légender humoristiquement de petits dessins proposés par la rédaction. Ray SCHERDEL semblait vraiment apprécier ces petits jeux qui lui ont fait gagner divers lots !

Journal BONSOIR du 4 août 1922. Ray SCHERDEL gagne…une MENTION ! L’humour est assez décapant.
Journal BONSOIR du 20 août 1922. Ray SCHERDEL gagne 25 francs.
Journal BONSOIR du 27 août 1922. Ray SCHERDEL gagne 25 francs.
LE PETIT JOURNAL ILLUSTRE du 23 mars 1924.

Cette fois, il gagne DEUX FOIS une boite contenant 3 savons de luxe « BARKETT ». Bon, ça se voit comme le nez au milieu de la figure : Ray SCHERDEL a joué, et gagné, en se domiciliant à deux adresses différentes ! Voilà pour le côté drôle de la situation. Passons maintenant au côté intéressant de l’affaire. On connait le 51 avenue de Suffren qui était son domicile parisien mais qu’est donc ce « 9 rue campagne première » où il se domicilie également ? Vous ne savez pas ? Eh bien, située dans le quartier Montparnasse (14ème), cette rue est bien connue pour avoir abritée des ateliers d’artistes dans plusieurs bâtiments. Et devinez qui avait un atelier à l’entrée C du 9 rue campagne première ? Non, pas Picasso, mais René-Yves CRESTON !! Si vous croyez au hasard, pas moi : voilà un premier lien évident qui rattache Ray SCHERDEL à un artiste bien connu du côté de Quimper ! De plus, étant nés à un mois d’intervalle, peut-être cette similitude d’âge les avait-elle fait se connaître et se rapprocher ? Qui sait….

Les ateliers d’artiste du 9 rue campagne première.
René-Yves CRESTON
Ray SCHERDEL en famille. A gauche sur la photographie.